Qu’est-ce que l’hépatome ?

L’hépatome est le cancer le plus commun qui a son origine dans le foie. Il convient de noter, cependant, qu’il n’y pas de métastases pour la plupart des tumeurs qui proviennent d’autres organes. Plusieurs nodules dans le foie peuvent être des tumeurs ou des malformations des vaisseaux sanguins appelés hémangiomes. Ils sont sans grande signification clinique et sont bénignes.

Comment se développe la maladie ?

Le cancer est une multiplication incontrôlée des cellules d’un organe particulier. On ne sait pas exactement comment les cellules passent de cellules saines à des cellules cancéreuses. Dans le cas d’un hépatome, on ne sait pas à quel moment ou comment le cancer débute, mais il est connu que certaines maladies du foie augmentent souvent le risque de cancer. Ce risque est plus élevé chez les patients atteints d’hépatite B ou C, de co-infection par l’hépatite D, de cirrhose due à l’alcool ou d’autres causes pouvant les exposer à l’aflatoxine, une toxine fongique qui contamine les céréales et d’autres aliments. Très rarement, le cancer du foie est consécutif à une hémochromatose, une porphyrie cutanée ou au syndrome de Budd-Chiari. Il est bien établi que l’hématome peut être lié à l’utilisation des hormones et des pilules de contrôle des naissances. On pense aussi que la cigarette contribue à l’apparition d’un cancer du sein.

Que ressent-on ?

La tumeur peut passer inaperçue jusqu’à ce que sa taille augmente ou qu’elle ne cause de grandes complications. Le patient peut ressentir une douleur dans la partie supérieure droite de l’abdomen, à proximité ou au-dessous des nervures, une perte d’appétit ou une perte de poids. Une jaunisse, une ascite (accumulation de liquide dans le ventre), une augmentation de la taille du foie et de l’abdomen sont aussi constatées. Dans la plupart des cas, la maladie se produit chez les personnes qui ont déjà une cirrhose et qui connaissent la première manifestation. Dans ces cas, elle peut être un signe d’une brusque aggravation de la situation stable jusque-là.

Comment le médecin fait-il le diagnostic ?

En plus d’identifier les symptômes, le médecin peut remarquer l’augmentation de la taille du foie et/ou des nodules à la palpation. La première étape de diagnostic est habituellement l’échographie par ultrasons ou la tomographie de l’abdomen par ordinateur, qui identifie des nodules dans le foie. Certains tests sanguins, tels que les tests des enzymes hépatiques et de la bilirubine, en particulier le dosage d’alpha-foetoprotéine, peuvent aussi aider. Le diagnostic définitif peut être effectué par biopsie du nodule identifié dans l’échographie ou du CT-scanner pour une analyse au microscope.

Quel est le traitement adéquat ?

La base du traitement est le retrait du cancer par une opération chirurgicale. Dans certains cas, d’autres méthodes telles que l’injection d’alcool dans la tumeur ou l’embolisation de la tumeur peuvent être utilisés. Pour les patients atteints de cirrhose, la chirurgie peut être impossible, puisque la partie du foie qui restera après la chirurgie ne sera pas suffisante pour répondre aux besoins minimaux de l’organisme. Dans de tels cas, lorsque le patient remplit une série de conditions, la transplantation du foie peut être indiquée. La chimiothérapie et la radiothérapie ont de mauvais résultats dans cette maladie, elles sont donc à éviter.

Comment la prévenir ?

La meilleure forme de prévention est d’empêcher l’hépatome par le traitement de la cirrhose. Cela se fait par le contrôle de l’abus d’alcool et le contrôle de l’hépatite B et C. Chez les patients atteints de cirrhose, chez qui le risque est beaucoup plus élevé que dans le reste de la population, il est vivement conseillé d’effectuer une échographie abdominale et des tests de l’alpha-foetoprotéine tous les 6 à 12 mois, afin de détecter précocement ce cancer.

Les questions que vous pouvez poser à votre médecin

Est-ce qu’il existe un risque de propagation de maladies ?

Quelles sont les options de traitement pour moi ?

Quels sont les risques du traitement ?

Est-ce que je dois répéter le traitement plusieurs fois?

Et les examens, dois-je les répéter très souvent ?

Est-ce que je peux avoir besoin de chirurgie ou d’une transplantation du foie ?

Est-que je peux vivre avec juste une partie du foie ?