Rhumatologie pédiatrique

La plupart des gens pensent que les maladies rhumatismales touchent exclusivement la population adulte. En fait, plusieurs conditions rhumatismales sont associées à des maladies dégénératives telles que l’usure du cartilage, la faiblesse musculaire et la perte de la masse osseuse. Cependant, un grand nombre de rhumatismes peuvent également affecter les enfants. Ces maladies provoquent des symptômes similaires chez les enfants et les adultes, tels que la douleur et la raideur dans les articulations, et dans les cas graves peuvent causer des dommages et une limitation permanente qui peuvent compromettre l’avenir du malade.

Qu’est-ce que c’est ?

La discipline clinique qui étudie les troubles inflammatoires et non inflammatoires chez les enfants est la rhumatologie pédiatrique. Les racines de cette spécialité sont en rhumatologie adulte, mais l’expérience de ces maladies de l’enfance a permis de montrer plusieurs particularités. Il est devenu évident que la question nécessite une approche pédiatrique spécifique, ce qui a d’abord été faite en Angleterre, peu de temps après la Seconde Guerre mondiale, avant de se répandre à travers le monde. Même aujourd’hui, de nombreuses connaissances utilisées dans le traitement des patients enfants sont des héritages de l’expérience avec les adultes. Mais il est de plus en plus clair que cette conduite laisse des lacunes et des questions sans réponse. Il est connu que le patient enfant réagit différemment aux médicaments, est plus enclins à certaines complications et a besoin de soutien psychologique et de soins de réadaptation spécialisés, nécessitant une personne familière avec ces particularités et un personnel qualifié pour mieux répondre à ces exigences.

Maladies rhumatismales chez l’enfant

Diverses maladies rhumatismales surviennent dans l’enfance. Les plus courantes sont l’arthrite chronique, le lupus érythémateux disséminé, la dermatomyosite et les spondylarthropathies qui sont des maladies chroniques causées par des perturbations dans le système auto-immune. Ces cas peuvent laisser des séquelles permanentes, mais si elles sont bien traitées tôt, il est possible que l’enfant ait une vie presque normale. D’autres exemples de rhumatismes qui peuvent également affecter l’enfant sont la vascularite et plus rarement, la sclérodermie. La présence de bactéries dans les articulations peut conduire à une forme sévère d’arthrite : l’arthrite septique. Les infections sont également liées à une autre forme de maladie rhumatismale, l’arthrite réactive, où la présentation classique est un type de rhumatisme bien connu : la fièvre rhumatismale. L’avènement des antibiotiques et l’amélioration des conditions de vie générales de la population mondiale ont considérablement réduit le nombre d’enfants touchés par ce fléau. Les symptômes se manifestent souvent dans cette phase, impliquant l’appareil musculo-squelettique. Chez les enfants, les fameuses douleurs de croissance et les douleurs résultant des défauts orthopédiques et d’une mauvaise posture sont les plaintes les plus courantes chez le rhumatologue pédiatrique. La performance de la phase d’éducation posturale médicale et de la stimulation de l’activité physique joue un rôle clé dans la prévention des troubles musculo-squelettiques à l’âge adulte.

Traitement de la maladie

Le traitement des enfants atteints de maladies rhumatismales est également une approche multidisciplinaire. Les traitements disponibles comprennent la prise de médicaments spécifiques et la thérapie physique. Mais, il est souvent nécessaire de subir une intervention chirurgicale pour corriger les séquelles, d’où la nécessité des différents professionnels dans chaque domaine. Les composants de cette équipe sont le patient et sa famille, l’école, l’orthopédiste pédiatrique, l’ophtalmologiste, le physiothérapeute, l’ergothérapeute, le nutritionniste, le psychiatre ou le psychologue, l’équipe de coordination et le rhumatologue pédiatrique. Il est essentiel de diffuser ces informations auprès de la population et des professionnels de santé, ce qui facilite l’accès à ces soins spécialisés de patients. La détection précoce de ces problèmes permet leur traitement rapide et prévient des dommages permanents, tout en apportant une vie pleine de l’enfant.

Signes avant-coureurs

L’identification précoce des maladies rhumatismales dans l’enfance est essentielle pour éviter des séquelles permanentes. Une évaluation physique permet de vérifier la présence de certains signes ou symptômes tels que :

– Les douleurs articulaires ou les maux de dos plus persistants ;

– La présence de gonflement, de chaleur et de rougeur ;

– Une douleur persistante le long des membres supérieurs ou inférieurs ;

– Une fièvre pendant plus de trois semaines ;

– Une perte de poids et un retard de croissance ;

– Une prostration et de la fatigue, modifiant le schéma normal des activités de l’enfant ;

– Une faiblesse musculaire ;

– De la dépression ;

– Des troubles visuels ;

– Une limitation fonctionnelle, c’est-à-dire l’enfant commence à montrer une incapacité à effectuer certaines tâches de jour en jour, nécessitant l’assistance des adultes. Par exemple, il a besoin d’aide pour sortir du lit le matin, pour s’habiller, monter des escaliers.

En présence de ces symptômes, il est recommandé de consulter le pédiatre aussi souvent que possible. La nécessité d’un traitement spécialisé repose sur la gravité de la situation. Il faut également éviter l’auto-médication, ainsi que les remèdes maison.