L’air pollué provoque le cancer

Le Centre international de recherche sur le cancer ou CIRC, une Division de l’Organisation mondiale du cancer, a publié dans un document que la pollution de l’air a été officiellement classée comme cancérogène pour l’homme

Pollution de l’air et cancer du poumon

Après une évaluation approfondie des données scientifiques disponibles, un groupe de travail formé par des chercheurs de plusieurs pays a conclu qu’il existe des preuves suffisantes attestant que l’exposition à l’air atmosphérique provoque le cancer du poumon. Pendant des décennies, lors de milliers d’études sur la pollution de l’air, les populations exposées ont été examinées. Des enquêtes sur les animaux qui ont été exposés à la pollution ont aussi été prises en compte. Rien qu’en 2010, 223 000 personnes sont mortes du cancer du poumon à travers le monde, à cause de la pollution de l’air. En outre, la pollution est associée à un risque accru de cancer de la vessie.

Augmentation du niveau d’exposition à la pollution

Bien que la composition des polluants et des niveaux d’exposition varient considérablement entre les différents sites, la conclusion du groupe de travail s’applique à toutes les régions du monde. Selon le niveau de l’exposition, le risque de développer un cancer du poumon de la personne qui respire l’air pollué est similaire à celui d’un fumeur passif, c’est-à-dire celui qui ne fume pas, mais qui respire en permanence la fumée de cigarette produite par un autre fumeur. Des études indiquent également que ces dernières années, il y a eu une augmentation croissante dans les niveaux d’exposition à la pollution, qui est plus marquée dans les pays avec de grandes populations qui ont connu un récent processus de l’industrialisation rapide. L’évaluation ne s’est pas portée sur les polluants spécifiques de l’air, mais sur la population qui respire l’air dans les grands centres urbains. Les principales sources de pollution sont la combustion de transport, la production d’énergie, les émissions industrielles, agricoles et résidentielles.

Réduire le taux de pollution

Cette classification place la pollution de l’air aux côtés de plus de 100 substances connues pour provoquer le cancer, comme l’amiante, la poussière de silice, le rayonnement ultraviolet, le plutonium et la cigarette. L’étude a également conclu que la pollution de l’air est aujourd’hui la première cause environnementale de décès par cancer. Compte tenu du fait que la manifestation d’un cancer peut se produire sur deux, trois ou même quatre décennies après l’exposition initiale à la pollution, ainsi que de l’urbanisation et l’industrialisation récente, une augmentation de l’incidence de cette maladie est à prévoir pour les années à venir. Cette sombre perspective souligne encore plus la nécessité de conjuguer les efforts pour réduire la pollution de l’environnement, à la fois avec les politiques gouvernementales, les attitudes individuelles et la cherche de moyens de subsistance moins nocifs pour l’air ambiant.

A essayer : Testez notre comparateur de mutuelle santé. Pensez à vous protéger avec une bonne mutuelle pas chère.