Comment se développe une maladie métabolique ?

Le syndrome métabolique est une altération du métabolisme, caractérisée par la présence d’au moins trois des cinq facteurs de risque prédisposants, dont un faible niveau de bon cholestérol (HDL), une pression artérielle élevée, un taux élevé de triglycérides, une glycémie élevée (taux de glucose dans le sang) et une augmentation de la graisse abdominale (mesurée par la circonférence de la poitrine). Ce syndrome est considéré comme une épidémie qui touche 20 à 30 % de la population adulte dans le monde entier et est responsable de l’augmentation du risque de maladie cardiaque, de diabète et d’AVC (accident vasculaire cérébral).

Facteurs de risque

Dans une étude récente publiée dans une revue américaine, il est démontré que les personnes exposées au stress chronique et qui consomment des aliments riches en gras ou en sucre ont un risque plus élevé de développer un syndrome métabolique, par rapport aux personnes qui consomment les mêmes aliments, mais qui n’ont pas été exposées au stress. L’étude a impliqué la participation de 61 femmes. 33 d’entre elles ont été exposées à une situation de stress chronique (soin d’un parent atteint de démence) et 28 n’étaient pas exposées à des situations de stress chronique. La capacité des participantes a été enregistrée pendant 1 an. La circonférence de la taille et la distribution de la graisse, la sensibilité à l’insuline, la tolérance au glucose, les marqueurs de dégâts oxydatifs causés par l’augmentation de radicaux libres et un marqueur associé au stress (neuropeptide Y) ont été évalués.

Conséquences

Les résultats de l’enquête indiquent que l’augmentation de la consommation d’aliments avec plus de matières grasses et de sucre est associée à une plus grande circonférence de la taille. Il a également été observé qu’il y a plus de dommages oxydatifs et une résistance accrue à l’insuline chez les femmes du groupe soumis au stress chronique. Malgré les limites de l’étude, les résultats suggèrent qu’il existe une synergie entre la consommation d’aliments très riches en sucre et en matières grasses et le stress chronique qui est relatif au développement du syndrome métabolique. Ils suggèrent également que les effets métaboliques du stress peuvent être amplifiés ou protégés selon le type de régime, et vice versa. Cela ouvre la possibilité de gestion du stress comme un outil d’aide à la lutte contre le syndrome métabolique et le gain de poids.

 

A ne pas manquer: Pensez à vous protéger  avec une mutuelle pas chère adapté. Utilisez notre comparateur de mutuelle.