L’obésité et le gros ventre

L’obésité est un problème qui touche un nombre croissant de personnes dans le monde, augmentant le risque d’émergence de plusieurs maladies et des décès prématurés, ce qui constitue un problème de santé publique.

Evaluation de l’obésité

L’évaluation et la caractérisation de l’obésité ont changé ces derniers temps. L’évaluation est très importante, puisqu’elle prend en compte le poids du corps essentiellement, parfois associé intuitivement à la taille de la personne. Plus récemment, cette évaluation a été systématisée et devenue plus précise avec l’utilisation de l’indice de masse corporelle (IMC), également appelé indice de Quetelet. Le calcul de l’IMC est basé sur le rapport entre le poids de l’individu et sa taille (poids en kg divisé à la taille au carré). Les valeurs ont été classées en différents groupes, avec les valeurs de 18,5 à 25 caractérisés comme normale, 25-30 comme en surpoids, 30 à 35 comme étant obèse et au-dessus de 35 comme souffrant d’obésité morbide.

Tour de taille, facteur d’obésité

Des études récentes ont suggéré que le tour de taille est un facteur d’évaluation indépendant, qui pourrait être un indicateur des risques causés par l’obésité. Les résultats d’une grande enquête de collaboration internationale ont été récemment publiés. L’objectif était d’évaluer l’effet du tour de la taille sur la mortalité dans toutes les gammes de l’indice de masse corporelle. Les données de 650 000 individus âgés de 20 à 83 ans provenant de diverses parties du monde ont été compilées et analysées. L’enquête a révélé une forte association positive et linéaire, entre le tour de taille et la mortalité. Plus la tour de la taille augmente, plus une personne risque de mourir plus jeune, d’une maladie cardiaque, de problèmes pulmonaires et de cancer. Cette association a été observée, même chez les personnes ayant un indice considéré comme sain. Les hommes de 40 ans avec une tour de taille de 110 cm ou plus ont un risque accru de décès, que ceux dont le tour de taille est de moins de 90 cm, ce qui équivaut à une réduction de trois ans sur leur espérance de vie. Pour les femmes, un tour de taille de 95 cm augmente le risque de décès de 80 %, par rapport à celles avec un tour de taille de 70m, soit une diminution de l’espérance de vie de 5 ans. Ce risque accru est linéaire pou les deux sexes. Pour chaque augmentation de 5 cm de tour de taille, le risque de décès augmente de 7 % pour les hommes et de 9 % pour les femmes, cela, indépendamment de l’indice de masse corporelle.

La raison pour laquelle les personnes qui ne semblent pas avoir un IMC normal, ni soupçonnées d’obésité, mais montrent un ventre marqué, ont une plus grande prédisposition à diverses maladies et de décès prématurés peut être liée au fait que la graisse qui se dépose dans l’abdomen de ces personnes ont un profil métabolique différencié, associé à des maladies telles que le diabète et les maladies cardiaques. Plus qu’inesthétique, l’augmentation de ventre peut être la cause de graves problèmes de santé, même chez les personnes ayant un indice de masse corporelle considérés sains. Par conséquent, il est conclu qu’en plus du contrôle de l’IMC, le contrôle du tour de taille devient un facteur clé pour maintenir une bonne santé et la longévité.

Information : Voici le comparateur de mutuelle. Economisez sur vos dépenses santé avec votre mutuelle idéale.