Qu’est ce que les ovaires polykystiques ?

C’est l’une des causes les plus courantes de l’irrégularité menstruelle et l’aménorrhée secondaire. Ce syndrome a été décrit pour la première fois en 1935 par Stein et Leventhal, avec les caractéristiques classiques telles que l’obésité, l’aménorrhée, l’infertilité et l’hirsutisme. L’incidence est estimée entre 5 à 10 % chez des femmes en âge de procréer.

Etiologie

La cause du syndrome des ovaires polykystiques n’est pas connue, mais l’on sait que leur formation est associée à un dysfonctionnement hypothalamique (pituitaire) et une résistance à l’insuline. L’hyperinsulinémie provoque la production excessive d’androgènes par les ovaires. Le patient présente aussi de l’anovulation chronique, une augmentation de l’incidence de l’hyperplasie endométriale et un cancer de l’endomètre. La moitié des femmes touchées par le syndrome sont touffues. De nombreuses obèses sont aussi concernées. Elles ont peut-être modifié le profil lipidique, la prédisposition à la DM II et les maladies cardiovasculaires.

Diagnostic

Les patients atteints du syndrome des ovaires polykystiques ont, de façon caractéristique, des cycles menstruels irréguliers (aménorrhée ou oligoménorrhée). Les patients présentent souvent des hirsutismes (pilosité), de l’acné, l’obésité, l’infertilité, associées à une anovulation chronique. Certains patients présentent des saignements utérins (augmentation des saignements vaginaux irréguliers). Avant de diagnostiquer les ovaires polykystiques, il faut éliminer les autres maladies qui peuvent se manifester semblablement à des ovaires polykystiques, tels que l’hyperprolactinémie (augmentation de la prolactine).

Diagnostic clinique

Les patients atteints du syndrome des ovaires polykystiques cherchent un traitement pour diverses raisons. Ils sont peut-être concernés par l’irrégularité menstruelle, avec l’excès de poils, par l’obésité avec difficulté à devenir enceinte, ou en raison de leur difficulté à traiter l’acné.

Recherche

L’histoire clinique est très importante pour le diagnostic. Toutes les causes de l’anovulation devraient être exclues : prise de poids excessive, consommation de drogues, écoulement du mamelon… La chute des cheveux, l’acné, la distribution de la graisse corporelle, le tropisme génital devraient faire l’objet d’un examen clinique, tout comme les signes d’hyperandrogénie devraient être étudiés.

Traitement

Il vise à traiter la cause de l’anovulation. Lorsque le syndrome des ovaires polykystiques (sans hypothyroïdie, sans altération de la glande surrénale, sans hyperprolactinémie) est observé, le traitement est multifactoriel et dépend de la finalité de la malade. Tous les patients obèses avec des ovaires polykystiques devraient perdre du poids. L’utilisation d’inducteur de l’ovulation, la pilule contraceptive et d’autres traitements pour l’acné et les cheveux excédents se fera en fonction de chaque cas. Avec l’aide du médecin et l’analyse de chaque cas, le patient devra être capable de s’orienter vers le meilleur traitement.

Les questions que vous pouvez poser à votre médecin

Ma fille a une menstruation normale, mais maintenant les cycles s’allongent et, parfois, elle n’a pas de menstruations. Qu’est-ce qui pourrait se produire ?

J’ai toujours été joufflue et très poilue sur tout le corps. Maintenant, je ne peux pas tomber enceinte. Quelles procédures dois-je effectuer ?

J’ai fait le diagnostic du syndrome des ovaires polykystiques. Dois-je me soigner pendant toute la vie ?

Nouveau : Economisez sur vos dépenses santés avec une mutuelle adaptée. Retrouvez notre comparateur de mutuelles santé.