Qu’est-ce que c’est la fièvre jaune ?

La fièvre jaune est une maladie infectieuse aiguë causée par le virus de la fièvre jaune, un arbovirus de la famille des flavivirus. La maladie est de courte durée (10 jours maximum), avec une sévérité très variable, allant de cas asymptomatiques à des cas mortels.

Comment l’acquérir?

Il existe deux types de transmission de la fièvre jaune : la transmission urbaine et la transmission sauvage. Un troisième type intermédiaire est responsable d’épidémies en Afrique. La principale différence est que dans les villes, l’émetteur de la maladie est le moustique Aedes aegypti, le même qui cause la dengue. Dans les forêts, la fièvre jaune touche les singes, et les moustiques du genre Haemagogus sabethes sont les principaux émetteurs en piquant ces primates. La fièvre jaune sylvatique se produit occasionnellement chez l’homme, mais les singes sont les principaux hôtes. La forme sauvage de la maladie provoque chaque année des épidémies localisées. La plus forte incidence de la maladie se produit durant les mois de janvier à avril, en raison d’une plus grande quantité de moustiques et du déplacement des personnes dans les zones à risque.

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes sont la fièvre, des maux de tête, des frissons, des nausées, des vomissements, des douleurs musculaires, de la jaunisse (peau et yeux) et des saignements (gencives, nez, estomac, intestin et urine). Après la piqûre du moustique, la maladie commence à se manifester dans les 3-6 jours, après la période d’incubation. Dans les zones endémiques, la plupart des cas est asymptomatique. Les symptômes qui attirent l’attention sont la fièvre et les myalgies (douleurs musculaires), principalement dans le dos. Des maux de tête sévères, une perte d’appétit, des nausées et des vomissements complètent les symptômes. Dans la majorité des cas, les symptômes disparaissent après 3 à 4 jours. Environ 15 % des patients atteignent la phase toxique dans les 24 heures. Ils développent de la jaunisse, des douleurs abdominales, des pétéchies (saignements dans la peau), des saignements urinaires, de l’estomac, des intestins, un méléna (hémorragie gastro-intestinale avec des selles noires) et un épistaxis (saignements de nez). La fonction rénale est réduite et peut être accompagnée d’une perte de la fonction du foie et du cœur. Lorsque cela se produit, le taux de mortalité est proche de 50%, et est plus élevé chez les enfants et les personnes âgées.

Comment se transmet-elle ?

La fièvre jaune est transmise par la piqûre de moustiques infectés. La transmission d’humain à humain n’existe pas.

Quel est le traitement adéquat ?

Il n’existe aucun traitement curatif. Le traitement est basé sur la prévention des complications, en fournissant un soutien efficace si les fonctions vitales sont compromises. Le traitement est symptomatique et nécessite des soins hospitaliers. Le repos, avec le remplacement des liquides et du sang, est indiqué. Dans les formes sévères, le patient doit être assisté dans l’unité de soins intensifs. Si le patient ne reçoit pas d’attention médicale, il peut mourir, comme dans le cas de la dengue. L’utilisation de l’aspirine est formellement interdite.

Comment se fait le diagnostic ?

Le diagnostic est essentiellement clinique. Des tests complémentaires informent sur les complications et l’altération des fonctions vitales. Des tests virologiques confirment de façon décisive les premiers cas.

La prévention

Les seuls moyens de prévenir la fièvre jaune sont la vaccination, l’éducation du public, la sensibilisation et la responsabilisation sur la nécessité de sa prévention. Le vaccin est gratuit et disponible dans les postes de santé à tout moment de l’année. Il est nécessaire d’enregistrer le vaccin contre la fièvre jaune dans le Certificat international de vaccination en cas de voyages internationaux. Le vaccin doit être appliqué 10 jours avant un voyage dans les zones à risque de transmission de la maladie. Il peut être donné à partir de 12 mois et est valable pour 10 ans. Le vaccin est contre-indiqué pour les femmes enceintes, les personnes immunodéprimées (dont le système immunitaire est affaibli) et les personnes allergiques au jaune d’œuf. Pour les personnes qui sont nées dans les zones endémiques, la vaccination est systématiquement effectuée après 6 mois d’âge. Il est nécessaire d’informer le public sur l’apparition de la maladie et la manière de l’éviter. Le risque de réintroduction de la fièvre jaune urbaine peut être réduit par le contrôle des larves d’Aedes aegypti. Le moustique se développe dans tout endroit où peut s’accumuler l’eau stagnante même propre, comme les réservoirs d’eau, les bidons, les pneus, les verres brisés et des pots de plantes. Les grandes campagnes de prévention ont été menées après la découverte de l’agent de transmission de la maladie, mais le risque de récidive de la fièvre jaune existe toujours dans les zones urbaines. La lutte contre les moustiques doit être effectuée de deux manières : en éliminant les moustiques adultes et surtout l’élevage des larves. Les larves émergent des œufs, qui, après un certain temps dans l’eau, forment de nouveaux moustiques adultes.

Information : Utilisez notre comparateur de mutuelle. Pensez à vous protéger avec votre mutuelle idéale.