La maladie d’Alzheimer ou la démence

La maladie d’Alzheimer est une maladie cérébrale dégénérative, c’est-à-dire qu’elle produit une atrophie progressive. Elle débute généralement après 65 ans et entraîne une perte de la capacité de penser, de raisonner, de se souvenir, ce qui qui affecte les domaines du language et provoque des changements de comportement.

Quelles sont les causes de la maladie ?

Les causes de la maladie d’Alzheimer ne sont pas connues, mais il existe certains changements dans les terminaisons nerveuses des cellules du cerveau qui interfèrent avec les fonctions cognitives. Certaines études ont indiqué l’importance du développement de facteurs pathologiques :

– neurochimique : diminution des substances qui transmettent les impulsions nerveuses entre les neurones tels que l’acétylcholine et la noradrénaline.

– aspects environnementaux : exposition/intoxication par l’aluminium et le manganèse.

– aspects infectieuses : infections du cerveau et de la moelle épinière.

– prédispositions génétique dans certaines familles, pas nécessairement héréditaires.

Symptômes

« Je ne me souviens pas où je suis parti… »

« Docteur, j’ai oublié de payer les factures et les numéros de téléphone. »

« Docteur, ma mère a oublié mon anniversaire… Docteur, mon père s’est perdu… »

Ce sont les types de plaintes que les médecins entendent, et qui sont généralement rapportés par les amis et la famille des patients. Toutefois, si une personne connue oublie le chemin de la maison ou ne se souvient pas d’un fait qui s’est passé, même en faisant beaucoup d’effort, il faut appeler un médecin. L’oubli peut ne pas être important, mais peut aussi être vu comme un début de la maladie d’Alzheimer qui n’a pas de remède. Mais, le traitement précoce retarde le développement de la maladie, produit une certaine amélioration de la mémoire, rend plus compréhensible les changements qui se produisent et améliore l’interaction avec le patient. Dans la phase initiale de la maladie, la personne concernée montre un peu de confusion et de l’oubli et ne semble pas trouver les mots pour communiquer à certains moments. Elle néglige parfois son apparence, présente une perte d’initiative et une certaine perte d’autonomie dans les activités de la vie quotidienne. Dans la phase intermédiaire, elle a besoin d’aide pour effectuer des tâches de routine, peut ne pas reconnaître ses proches et peut avoir une incontinence urinaire et fécale. Elle devient incapable de juger et d’avoir une pensée abstraite, a un besoin d’aide pour s’habiller, manger, se laver, prendre ses médicaments et pour toutes les autres activités d’hygiène. Elle peut présenter un comportement inapproprié, de l’irritabilité, de la méfiance, de l’impatience et peut même être agressive, ou présenter une dépression, une régression et une apathie. Dans la dernière phase de la maladie, une perte de poids, même avec un régime approprié, se produit. La personne est complètement dépendante, devient incapable de toute activité courante de la vie quotidienne et est limitée au lit, avec une perte totale de jugement et de concentration. Des réactions médicamenteuses, des infections bactériennes et des problèmes rénaux peuvent se présenter. Le plus souvent, la cause du décès n’est pas liée à la maladie, mais à des facteurs liés à la vieillesse.

Diagnostic

L’une des difficultés à établir un diagnostic de la maladie d’Alzheimer est l’acceptation de la démence en raison du vieillissement normal. Le diagnostic se fait par l’exclusion d’autres maladies qui peuvent également évoluer avec une démence, comme :

– les traumatismes crâniens,

les tumeurs cérébrales,

– les accidents vasculaires cérébraux,

– l’artériosclérose,

– l’empoisonnement ou les effets secondaires des médicaments,

– l’intoxication par la drogue et l’alcool,

– la dépression,

– l’hydrocéphalie,

– l’hypovitaminose,

– l’hypothyroïdie.

Traitement

Il n’existe aucun remède connu pour la maladie d’Alzheimer. Aussi, le traitement vise à contrôler les symptômes et à protéger la personne malade des effets de désintégration provoqués par leur état. Les antipsychotiques peuvent être recommandés pour contrôler les comportements agressifs ou déprimés, assurer leur sécurité et celle de ceux qui l’entourent. La maladie d’Alzheimer affecte non seulement le patient, mais aussi les personnes qui lui sont proches. La famille doit se préparer émotionnellement, physiquement et financièrement. Elle devrait également s’organiser avec un plan de soins pour le malade au-delà du contrôle social et familial, des soins médicaux généraux et des visites régulières chez le médecin. Ce programme aidera la famille à surveiller l’état de la personne malade et à vérifier s’il y a d’autres problèmes de santé qui nécessitent un traitement.

Info : Voici notre comparateur de mutuelle. Economisez sur vos dépenses santé avec une bonne mutuelle.