Zona

C’est une maladie provoquée par une réactivation du virus de la varicelle (virus varicelle-zona) pendant la période de la latence. Elle affecte les adultes et les patients dont l’immunité est compromise.

Quelles sont les causes ?

De nombreux facteurs peuvent conduire à une réactivation du virus, provoquant l’éruption du zona. Il n’a pas encore été prouvé qu’une personne puisse développer la maladie après avoir été en contact avec un patient atteint de la varicelle ou du zona. Seul le contact direct avec les lésions cutanées peut entraîner la transmission de la varicelle à une personne vulnérable. En général, il n’y a pas de récidive de la maladie du zona. Seulement 5 % des cas peuvent récidiver. Les personnes qui ont contracté la varicelle sont susceptibles d’avoir l’herpès. Ce sont généralement les adultes de plus de 50 ans, avec une incidence en hausse avec l’âge. Le zona est également plus fréquent chez les personnes atteintes de maladies qui altèrent l’immunité.

Quels sont les symptômes ?

Avant l’apparition des lésions de la peau, les patients ont souvent des malaises, des maux de tête, de la fièvre, des douleurs névralgiques, une perte de sensation, une sensation de brûlure et des démangeaisons. La lésion typique est caractérisée par une vésicule sur la base d’une rougeur de la peau, souvent en coalescence. La maladie émerge progressivement, en prenant 2 à 4 jours pour s’installer, avant l’apparition des premières lésions. En l’absence d’infection secondaire par des bactéries, des vésicules forment des croûtes « secs » et la maladie évolue vers la guérison dans les 2 à 4 semaines. Les régions les plus touchées sont les régions thoraciques, cervicale, du trijumeaux, et du lombo-sacrée. Chez les patients dont l’immunité est altérée, les lésions cutanées peuvent survenir dans les régions atypiques et se propager. L’éruption est unilatérale, dépassant rarement la ligne de médiane, en suivant le chemin d’un nerf. Malgré l’intensité de la douleur, il n’est pas rare que l’éruption cutanée diminue, généralement chez les patients de moins de 50 ans et que la maladie s’améliore. Chez les patients âgés de plus de 50 ans, la douleur peut persister même que si les lésions cutanées sont guéries. C’est la névralgie post-herpétique qui survient. La névralgie peut être une séquelle à long terme, affectant 10 à 15 % des patients, et augmentant avec l’âge. La plupart se guérit spontanément dans les 12 premiers mois, mais parfois peuvent persister pendant des années. La douleur est intense et invalidante si elle est fréquente. Elle peut aussi se manifester par la combinaison des démangeaisons, une sensation de brûlure qui rend nerveux et une douleur soudaine, sévère et aiguë. Une légère pression sur le site peut induire un inconfort.

Comment se fait le diagnostic ?

L’apparition des lésions est caractéristique du zona et facilite le diagnostic. Un examen de collecte d’échantillon est réalisé sur la base des vésicules (non spécifique de la maladie) pour détecter la varicelle, l’herpès simplex et l’herpès zoster.

Quel est le traitement adéquat ?

Des mesures symptomatiques sont très efficaces pour soulager les douleurs. Le traitement antiviral des infections non compliquées accélère le processus de guérison, réduisant le développement de nouvelles lésions et soulageant la douleur. Le traitement antiviral est utile dans les premières 72 heures après l’apparition des lésions de la peau et peut être d’une grande importance chez les patients âgés de 50 ans ou immunodéprimés.

Comment la prévenir ?

Des études récentes ont démontré l’utilité du vaccin contre la varicelle dans la réduction des complications du zona et des névralgies postherpétiques, en particulier chez les personnes de plus de 60 ans. Le vaccin est aussi recommandé aux enfants. Il peut également être recommandé pour les adultes qui n’ont jamais contracté la varicelle.

New : Pensez à vous protéger avec une bonne mutuelle. Retrouvez notre comparateur mutuelle.