L’infection pulmonaire ou une infection des voies respiratoires inférieures telles que la pneumonie

La pneumonie est une infection localisée dans les poumons. Elle peut être provoquée par différents micro-organismes, tels que les virus, les bactéries, les parasites ou les champignons. 50 % des cas est causée des bactéries pneumocoques. Cette maladie est très fréquente et touche les individus de tout âge. Des cas de décès sont enregistrés chaque année.

Comment se développe l’infection ?

En général, la pneumonie se développe lorsque il y a une faille dans les mécanismes de défense de l’organisme. La contamination du virus se fait via trois différents mécanismes. Le premier se produit par la respiration, lorsqu’une personne saine inhale un micro-organisme infecté, qui va atteindre les poumons et provoquer la maladie. Le second se passe dans la bouche, lorsque les bactéries qui vivent dans la flore buccale prolifèrent et finissent par atterrir dans les poumons. La forme de contamination la plus rare est celle par la circulation sanguine. Le micro-organisme infecté se propage dans la circulation, pénètre dans les poumons et provoque une infection.

Les mécanismes de protection

Les voies respiratoires disposent de mécanismes de protection efficaces contre l’infection par micro-organismes.

Le premier se situe dans le nez, où les grosses particules sont filtrées pour ne pas atteindre les poumons. Les petites particules inhalées dans les voies respiratoires répondent par des mécanismes réflexes qui se traduisent par l’éternuement, la compensation de la gorge et la toux. Ces réactions expulsent les particules envahissantes, stoppant l’infection. Lorsque les gens ont un rhume ou la grippe, le filtrage dans le nez et l’immunité de l’organisme peuvent s’altérer, ce qui facilite l’émergence d’une pneumonie. Dans les cas où une suppression des réflexes se produit, le risque d’apparition d’une pneumonie plus élevé. Cela est le cas lorsqu’une personne dort ivre, use de sédatifs, subit une perte de conscience ou une crise qui s’accompagne de séquelles neurologiques.

Les poumons ont également un mécanisme de nettoyage. Il s’agit des cils qui à travers leur mouvement éliminent les micro-organismes en produisant des sécrétions. Ces cils situés dans la partie interne des bronches sont des tubes qui transportent l’air vers les poumons. Ce mécanisme de nettoyage est altéré chez les fumeurs, puisque le tabagisme paralyse temporairement les cils impliqués dans ce travail. Le troisième mécanisme de défense du tractus respiratoire se trouve dans les alvéoles, où ont lieu les échanges gazeux (oxygène et dioxyde de carbone) et où les macrophages agissent. Ces cellules spécialisées dans la défense de l’organisme peuvent gagner la filtration nasale, les réfractions de la gorge, la toux ou les éternuements.

Que ressent-on ?

Une pneumonie bactérienne classique se caractérise par des poussées de fièvre, des frissons, des douleurs thoraciques et de toux sèche évoluant en toux avec crachats jaune ou vert, mélangé à un peu de sang. La douleur s’intensifie à la respiration. Outre les douleurs abdominales, des vomissements, des nausées, des maux de gorge, des éternuements, un nez qui coule et des maux de tête peuvent se produire. Des signes d’essoufflement peuvent aussi apparaître. Des lésions dues à l’herpès sont aussi visibles sur les lèvres. A un stade avancé de la maladie, une cyanose apparait autour des lèvres. Chez les personnes âgées, la pathologie se traduit par une perte d’appétit, du découragement et de la faiblesse. Chez les enfants, la fièvre accompagnée de pleurs et la diminution de l’appétit sont caractéristiques de l’infection pulmonaire.

Comment le médecin fait le diagnostic ?

Le diagnostic se faite sur la base de l’examen physique et des informations relayées par le patient concernant les signes et symptômes qui sont apparus. Les examens sont importants pour corroborer le diagnostic, constater l’évolution de la maladie et définir le traitement le plus approprié pour chaque cas. Communément, le médecin recommande les tests d’imagerie (radiographie de la poitrine ou tomographie) et des tests sanguins. L’examen des expectorations est également très important pour identifier le germe causant la pneumonie et constater l’évolution.

Comment traiter la pneumonie ?

La pneumonie bactérienne doit être traitée avec des antibiotiques. Chaque cas est évalué individuellement pour déterminer le type d’antibiotiques et la nécessité d’hospitalisation.

Les antibiotiques et autres médicaments sont administrés par voie orale ou par injection intraveineuse ou intramusculaire. Le traitement médicamenteux s’accompagne souvent d’une thérapie respiratoire avec un physiothérapeute. Ce dernier prescrit des exercices de respiration, l’usage de vibrateurs et du taraudage (percussion de la poitrine avec ses poings) sur la poitrine pour éliminer les sécrétions dans les poumons, accélérant ainsi le processus de guérison. L’hospitalisation unités de soins intensifs (USI) est recommandée dans les cas graves.

Dans les cas de traitement de la pneumonie virale, le traitement vise à améliorer les conditions de l’organisme pour qu’il batte l’infection. Des médicaments contre la douleur ou la fièvre, de l’oxygène et un régime alimentaire approprié sont indiqués. Dans le cas de pneumonie causée par des parasites ou des champignons, des antimicrobiens sont utilisés.

Comment est-elle évitée ?

Souvent, un rhume ou une grippe peut précéder la pneumonie. Des vaccins peuvent prévenir ces phénomènes. Nous devons nous rappeler qu’ils doivent être faits de préférence avant le début de l’hiver. Les personnes âgées et les personnes présentant un risque plus élevé de développer une pneumonie doivent se faire vacciner contre la grippe chaque année chez. Le vaccin anti-pneumococcique doit être fait chez les personnes âgées et les personnes atteintes du virus VIH, de maladie rénale, d’asplénie, qui boivent de l’alcool ou qui sont exposées à des situations qui affaiblissent le système défense de l’organisme. Dans certains cas, le vaccin contre le Haemophilus influenzae, germe fréquent qui peut causer une pneumonie, doit être administré. Une bonne hygiène de vie (lavage des mains avec du savon ordinaire) prévient la survenue de la pneumonie. Une alimentation riche en fruits et légumes qui ont des vitamines aide aussi à renforcer le système de défense de l’organisme contre les infections.

Les questions que vous pouvez poser à votre médecin

Quelle est la durée du traitement à l’antibiotique de la pneumonie bactérienne ?

Quel est le traitement recommandé pour une pneumonie virale ?

Combien de temps après le traitement faut-il faire une radiographie du thorax pour contrôler l’état de la maladie ?

Quelles complications peuvent se produire avec une pneumonie ?

Quelle est l’importance de la découverte du micro-organisme responsable de la pneumonie ?

 

A ne pas manquer: Votre complémentaire santé trop cher n’est plus adaptée à vos dépenses de santé ? Retrouvez notre comparateur mutuelle. Economisez sur vos dépenses santés avec votre mutuelle idéale.