Qu’est-ce que c’est l’infection pulmonaire à aspergillus ?

Il s’agit d’une infection pulmonaire provoquée par un champignon appelé Aspergillus.

Comment se développe cette infection ?

Ce champignon se trouve dans l’environnement, mais en général, il ne provoque pas de maladie chez les individus sains. Il peut également être présent dans les hôpitaux. Les patients présentant une altération de l’immunité (porteurs du syndrome d’immunodéficience acquise) et les receveurs de greffe d’organes sont les groupes à risque. Dans la plupart des cas, c’est le poumon qui est en premier lieu affecté par ce champignon, bien que d’autres parties du corps puissent être compromises. Ce champignon peut causer différentes pathologies des poumons.

Chez les personnes dont la structure du poumon a déjà connu une modification, notamment les personnes atteintes de fibrose kystique ou séquelles pulmonaires après guérison de la tuberculose, l’infection peut se présenter par ce qu’on appelle boule de champignon (aspergillome), laquelle résulte de la croissance du champignon dans cette partie du poumon. Généralement, une lésion arrondie est localisée, pouvant provoquer des symptômes chez la personne concernée. La complication la plus redoutée est l’hémoptysie volumineuse, qui est un rejet de sang lors d’effort de toux, ce qui peut être fatal à la victime.

Une autre maladie pouvant être causée par l’Aspergillus est une aspergillose broncho-pulmonaire allergique (ABPA) pouvant influer sur l’asthme et compliquer l’état des patients atteints de fibrose kystique. Ces derniers commencent à cracher du mucus. L’Aspergillus peut aussi causer d’autres maladies pulmonaires.

Quels sont les signes de la maladie ?

Les signes révélateurs de la maladie sont :

– Une forte toux,

– Une expectoration de flegme avec le format des bronches de type « moule »,

– Des douleurs à la poitrine,

– Une sensation de faiblesse physique,

– Une respiration sifflante ou des crises d’asthme,

– Une fièvre,

– Un essoufflement,

– Une perte de poids considérable,

– Une hémoptysie (crachats de sang).

Cependant, le patient peut ne présenter aucun des symptômes sus-cités.

Comment est-elle diagnostiquée ?

Il n’est pas facile de diagnostiquer cette maladie. Mais, les changements rapportés par le patient et l’examen physique peuvent amener le médecin à suspecter sa présence.

La radiographie du thorax peut montrer des changements dans les poumons touchés par l’aspergillose.

Il n’est pas rare de trouver l’aspergillus dans les crachats, sans pour autant signifier la présence de la maladie. Le résultat positif de l’aspergillus dans la culture des expectorations doit également tenir compte de la présence ou de l’absence de facteurs de risque de l’apparition de la maladie.

Un test sanguin par la détection d’antigènes spécifiques d’aspergillus appelés précipitines peut aider au diagnostic dans certains cas. Il y a aussi des tests cutanés qui aident dans le diagnostic des réactions d’hypersensibilité à l’aspergillus.

Dans la plupart des cas, l’extraction d’échantillon de tissu est nécessaire pour le diagnostic. Elle est réalisée au cours de la fibroscopie bronchique. Les fragments de matière recueillis sont transmis au laboratoire pour déterminer la présence d’aspergillus. Dans le cas où le résultat s’avère positif, un traitement est administré au patient. Il y a des situations où la chirurgie est à la fois nécessaire pour le diagnostic et le traitement.

Comment se soigne-t-elle ?

Le type de traitement à administrer est déterminé en fonction de l’évolution de l’état des poumons. Généralement, le traitement repose sur l’administration de médicaments antifongiques. La boule de champignon également appelé mycétome est traité par chirurgie. Lorsque les patients ne peuvent pas se soumettre à la chirurgie, un antifongique leur est prescrit pour les 6 à 12 mois ou plus. Une embolisation des artères bronchiques peut prévenir les saignements.

Les formes allergiques de l’aspergillose sont par ailleurs traitées avec des corticoïdes qui sont de puissants médicaments anti -allergènes. Dans le cas d’une aspergillose broncho-pulmonaire allergique, la personne concernée doit également se tenir à l’écart de sites contaminés par le champignon et utiliser un antifongique pour réduire la dose de corticoïdes.

Comment peut-elle être évitée ?

Normalement, rien ne peut être fait pour prévenir cette maladie.

Les questions que vous pouvez poser à votre médecin

– Quelle procédure non chirurgicale peuvent user les patients infectés afin d’éliminer complètement la lésion?

– Y-a-t-il une certaine prédilection géographique ou saisonnière pour cette maladie ?

En plus de vivre dans le sol, la végétation et l’eau, l’aspergillus peut-elle vivre dans l’environnement de l’hôpital ?

Quelles sont les activités professionnelles à risque ?

En cas d’aspergillose invasive, quels autres endroits du corps peuvent être touchés par la maladie ?

Dans la période post-transplantation d’organe, y- a- t-il un test qui permet de détecter précocement la maladie ?

 

A ne pas manquer: Pensez à vous protéger  avec une mutuelle pas chère adapté. Voici notre comparateur de mutuelle santé.