Luxation récidivante de la rotule

La luxation récidivante de la rotule est une perte de la relation anatomique normale entre la rainure distale du fémur et la rotule. L’étiologie est toujours traumatisante. Parfois, le traumatisme est minime et se traduit par une torsion du genou qui peut conduire à la dislocation de la rotule.

Evolution de la luxation

La dislocation traumatique survient après un mécanisme violent chez les patients avec la structure capsulo-osseuse auparavant intacte. Dans de tels cas, le détachement ou la rupture du stabilisateur de l’articulation qui est le ligament patellaire interne se produit. Un traitement inadéquat peut conduire à une récidive de la maladie, puisque le joint devient instable. Lorsque la luxation est un traumatisme minime (torsion), certains changements préexistants favorisent la dislocation (ou subluxation). Les patients touchés ont généralement une hypermobilité générale dans d’autres articulations ainsi que des facteurs prédisposant à la luxation du genou tels que la torsion tibiale externe ou la rotule malformée.

Quels sont les symptômes ?

Après le traitement qui consiste en une réduction de l’épisode initial et l’immobilisation temporaire des genoux, le patient éprouve un sentiment d’insécurité dans certaines activités et lorsqu’il se déplace (généralement lorsque la force de la position du valgus du genou et de la rotation externe). L’insécurité est égale à l’instabilité. Une douleur peut se produire. De nouvelles dislocations se produisent à la progression des lésions anatomiques à chaque fois que le genou bouge. Au fil du temps, des activités telles que la danse, le saut d’obstacles, ou la torsion du pied peuvent provoquer un nouvel épisode de luxation. Des instabilités qui induisent des mini-traumatismes se produisent généralement au début de la préadolescence et de l’adolescence, et le patient éprouve une sensation d’insécurité dans le genou, dont la subluxation bilatérale. La constatation clinique de la réduction spontanée de la subluxation est fréquente dans ces cas, ce qui représente une grande incertitude pour le patient.

Comment est-elle diagnostiquée ?

Le diagnostic est clinique et l’histoire clinique et l’examen physique sont essentiels. Il est important de déterminer l’étiologie (micro-traumatisme ou traumatisme). Il est plus fréquent chez les femmes. Outre l’histoire, qui est habituellement typique, le test de saisie, une manœuvre à l’examen physique confirme le diagnostic. Les examens radiologiques complètent le diagnostic et aident à identifier les lésions associées, ce qui est important dans la planification du traitement.

Comment traiter la luxation ?

Le traitement est initialement conservateur et consiste à renforcer le muscle compensatoire, principalement le muscle vaste interne qui est le stabilisateur de la rotule. Le médecin peut seulement prescrire des exercices, le port d’un appareillage orthopédique, ou un support spécial appelé corset Palumbo composé d’une tige de néoprène avec tige et qui se ferme avec un velcro. Dans le cas des dislocations rotuliennes récurrentes qui ne répondent pas au traitement conservateur, la chirurgie est indiquée.

Comment est-elle évitée ?

Chez les patients avec une hypermobilité mondiale, d’un valgus, d’une torsion suite à la pratique d’un sport, une fortification des muscles peut être efficace. Il est difficile de prédire la survenue d’une dislocation traumatique, même si une condition physique suffisante est toujours utile, en particulier chez les athlètes. Une fois que la dislocation traumatique a eu lieu, il y a une grande possibilité qu’elle devienne récurrente, en particulier chez les jeunes.

A ne pas manquer: Economisez sur vos dépenses santés avec une bonne mutuelle pas chère. Voici notre comparateur mutuelle santé.