Attirance entre les hommes et les femmes

Les chercheurs se demandent encore si l’activité sexuelle n’est pas liée à la reproduction chez l’homme, ou encore si un impératif biologique anime notre désir. Le sexe acquiert-il aujourd’hui d’autres fonctions et rôles, outre la procréation ?

Théories de l’attraction

Il y a certaines théories qui cherchent à expliquer et à identifier un modèle de choix de partenaires sexuels chez l’homme. Les relations sexuelles peuvent se produire de différentes façons :

– la polygamie : l’homme a plusieurs épouses,

– la polyandrie : les femmes ont plusieurs maris,

– la consanguinité : de proches parents s’accouplent,

– l’exogamie : recherche du partenaire à l’extérieur du groupe social.

Charles Robert Darwin (1809-1882), qui a identifié la sélection naturelle de l’évolution sur le processus de base de l’évolution, a été l’un des premiers scientifiques à s’interroger sur la sélection sexuelle. Il décrit la « sélection intrasexuelle » comme le fait que des personnes du même sexe se font concurrence pour le sexe opposé et la « sélection intersexués » comme le fait que deux personnes de sexes opposés s’attirent.

Plusieurs théories ont émergé afin d’essayer de définir les caractéristiques qui seraient les plus importantes pour attirer l’attention de l’autre sexe. Certains expliquent que les individus cherchent une similitude des caractéristiques, contrairement à ce que la recherche croyait, c’est-à-dire un partenaire avec des caractéristiques différentes et opposées.

Quel est l’intérêt ?

Ce qui est important pour le choix des partenaires est le changement évolutif qui peut résulter des préférences sexuelles. Des questions peuvent être posées : Quelle sera la tendance génétique ? Comment variera-t-elle ?

Deux chercheurs, Buss et Schmitt, ont proposé la théorie des stratégies sexuelles et fournissent des données habituels à partir d’une vaste enquête menée dans plusieurs pays à travers le monde, entre autre la croyance que le choix des partenaires peut se faire de deux manières différentes ou même fixé et la description de la stratégie à court terme et à long terme. Ces données sont basées sur l’impératif biologique, à savoir nos choix et les préférences des partenaires qui sont influencés par la recherche de meilleurs gènes de nos futurs enfants. Par exemple, les hommes cherchent des jeunes femmes attirantes, car ils détectent même chez ces « jeunes » la possibilité de générer de nombreux enfants, de « l’attractivité » un corps sain pour affronter la grossesse et ses répercussions. Aussi, les femmes cherchent un partenaire dévoué, plein de force, de puissance et une capacité de protéger sa descendance.

Il faut croire que l’homme a tendance à suivre la stratégie de courte durée, ce qui lui est moins coûteux. Il contribue à la procréation seulement par l’intermédiaire de son sperme et d’une bonne volonté. Quant à la femme, elle a une plus grande tendance à rechercher une stratégie à long terme, puisque son investissement est très coûteux : 9 mois de grossesse, l’allaitement maternel et plusieurs années de soins pour leurs bébés. Les bébés sont extrêmement dépendants de leurs parents pour les soins et l’hygiène, la nutrition et le développement. Pour la femme, la sélection est de la plus haute importance.

Certains travaux de recherche obtenus auprès de pays en développement ont révélé que les mères qui ont de nombreux enfants sont très pauvres et investissent davantage sur ceux qui peuvent survivre et avoir de meilleures caractéristiques, tout en laissant de côté les enfants les plus faibles. Cependant, il est important de garder à l’esprit que même si nous avons un caractère continu, avec des caractéristiques uniques différentes des animaux, nous sommes encore en pleine évolution.

 

Information: Utilisez notre comparateur de mutuelle santé. Economisez sur vos dépenses santés avec une mutuelle adapté.